Soutenir des étudiants talentueux grâce à la bourse de doctorat d’ATLAS

 

ATLAS PhD Grant 2021
La cérémonie de remise des prix de la bourse de doctorat d’ATLAS 2021. De gauche à droite : (en haut) Peter Jenni, Richa Nevatia et Matteo Castoldi ; (au milieu) Alexandre Zeller, Humphry Tlou et Ana Luisa Carvalho ; (en bas) Charlotte Warakaulle, Josefina Alconada et Mihai Nasulea.

 

Les lauréats de la bourse de doctorat d’ATLAS 2021 ont été récompensés lors d’une cérémonie en ligne, le 13 avril 2021. Ces étudiants talentueux et motivés bénéficieront pendant un an et demi d’un financement pour poursuivre leurs études doctorales au CERN, ce qui leur permettra d’enrichir leur parcours dans un environnement de recherche unique en son genre.

La bourse de doctorat d’ATLAS est le programme phare de la Fondation CERN & Société, créé en 2013 par les anciens porte-parole d’ATLAS, Fabiola Gianotti et Peter Jenni grâce au prix spécial de physique fondamentale qui leur avait été décerné. Les premiers lauréats ont commencé leurs travaux de recherche en 2014. La bourse de doctorat d’ATLAS, qui existe depuis maintenant huit ans, dépend de contributions privées faites dans le cadre de la Fondation CERN & Société.

Cette année, en raison de la pandémie, la cérémonie de remise des prix a été retransmise en direct sur Facebook et LinkedIn ; les donateurs ayant fait une contribution à la Fondation CERN & Société, ainsi que les membres de la Direction du CERN, y ont participé à distance. Les lauréats de la bourse de doctorat d’ATLAS 2021 sont Ana Luisa Carvalho (LIP, Portugal) et Humphry Tlou (Université du Witwatersrand, Afrique du Sud). Ils effectueront leurs études de doctorat en étant encadrés et formés par des experts de la collaboration ATLAS et passeront au total 18 mois au CERN sur une période de trois ans.

« Lorsque Fabiola Gianotti et moi-même avons reçu le prix Physique fondamentale, nous avons tout de suite su que nous voulions donner quelque chose en retour à ATLAS, a expliqué Peter Jenni lors de l’événement. Nous nous souvenions de notre séjour au CERN en tant qu’étudiants et voulions donner à d’autres cette même possibilité. Le CERN est un excellent lieu d’apprentissage — pour la physique bien entendu, mais aussi pour apprendre à travailler en étroite collaboration avec des personnes de différents pays et cultures. »

Depuis sa création, la bourse de doctorat d’ATLAS a financé 20 étudiants de 17 pays différents*, reflétant ainsi le caractère international du CERN et de la collaboration ATLAS en particulier. D’anciens étudiants ont également participé à la cérémonie de remise des prix en ligne, faisant part de leur expérience et évoquant tout ce que leur séjour au CERN leur a apporté.

La Banque Lombard Odier & Co. poursuit son partenariat avec le programme de bourses de doctorat d’ATLAS en apportant son soutien aux deux lauréats 2021. « Lombard Odier est heureux et fier de participer à cette aventure avec le CERN à travers le programme de bourses de doctorat d’ATLAS, qui met à l’honneur l’innovation et soutient la nouvelle génération, a souligné Alexandre Zeller, associé-gérant chez Lombard Odier. Je tiens à exprimer mon soutien aux lauréats de cette année. Je suis conscient que vous commencez une nouvelle aventure dans des circonstances inhabituelles, en raison de cette nouvelle réalité causée par la pandémie de COVID-19. Mais je suis certain que vous saurez en tirer le meilleur parti. »

Charlotte Warakaulle, directrice des relations internationales du CERN, a exprimé ce même sentiment en accueillant les étudiants. « Vous allez commencer un voyage scientifique unique, a-t-elle ajouté. Nous espérons que cela marquera le début d’un attachement éternel au CERN et à nos valeurs fondamentales d’ouverture, de diversité et d’excellence. »

Ana Luisa Carvalho et Humphry Tlou ont chacun prononcé un bref discours de remerciement, dont on trouvera quelques extraits ci-après. Pour en savoir plus sur la bourse de doctorat d’ATLAS, vous pouvez visionner l’enregistrement de la cérémonie ou consulter la page web de la Fondation CERN & Société.  

* À ce jour, les lauréats de la bourse de doctorat d’ATLAS sont originaires des 17 pays suivants : Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Arménie, Australie, Chine, Équateur, Italie, Maroc, Népal, Pakistan, Portugal, Royaume-Uni, Russie, Serbie, Suède et Zambie.


Humphry
Humphrey Tlou

Humphrey Tlou (Université du Witwatersrand, Afrique du Sud)

Lorsque la découverte du boson de Higgs a été annoncée en 2012, j’étais déjà en première année à l’université. C’est à ce moment-là que je me suis pris d’intérêt pour la physique des particules des hautes énergies. À l’époque, je suivais des études en science et génie nucléaires. Pour ma dernière année, j’ai choisi de travailler sur un projet de physique qui s’est avéré être le premier projet d’ATLAS dans lequel j’ai été impliqué. Cette passion s’est renforcée et me voici à présent doctorant à l’Université du Witwatersrand, en Afrique du Sud.

Ma thèse de doctorat est une combinaison de travaux sur les détecteurs et d’analyse de physique. Je collabore avec le groupe qui travaille sur le calorimètre à tuiles, qui est un sous-détecteur d’ATLAS, et je contribue principalement à la mise à niveau, au développement et à la gestion du logiciel d’acquisition de données. Ces travaux nous permettent d’exploiter le détecteur et de collecter des données en vue de les analyser pour la physique.

La découverte du boson de Higgs du Modèle standard a soulevé des interrogations quant à l’existence d’une nouvelle physique au-delà du Modèle standard. Les analyses de physique sur lesquelles je travaille portent principalement sur la recherche d’un nouveau boson lourd. Ce nouveau boson serait beaucoup plus lourd que le boson de Higgs et serait produit par la fusion gluon-gluon ; il se désintégrerait en un état final à quatre leptons combiné à une énergie transversale manquante.

J’aimerais remercier ma famille et mes superviseurs, mais aussi Lombard Odier et la Fondation CERN & Société pour la bourse de doctorat d’ATLAS — sans oublier Peter et Fabiola, qui ont créé ce programme. Quel plaisir de travailler au sein de la communauté du CERN, si riche en diversité. J’ai beaucoup appris en travaillant avec ATLAS durant ces dernières années, et je continue à apprendre et à progresser.

Ana
Ana Luisa Carvalho

Ana Luisa Carvalho (LIP, Portugal)

Être au CERN et travailler en tant que physicienne des particules est un rêve que je caresse depuis longtemps. Je suis en train de réaliser quelque chose qui, il y a encore quelques années, n’était que dans mon imagination. C’est vraiment très important pour moi et je ne remercierais jamais assez ceux qui soutiennent la bourse de doctorat d’ATLAS.

Séjourner au CERN pendant ses études est une expérience inestimable, car nous tirons parti de cet environnement stimulant. Cette bourse montre aussi que le travail assidu et les idées des étudiants apportent beaucoup au CERN, et en particulier à la collaboration ATLAS. Je suis très reconnaissante du soutien apporté par cette bourse, qui reconnaît le travail difficile et essentiel que fournissent les étudiants.                   

Une partie de mon doctorat sera consacrée à l’analyse des données provenant du LHC. J’étudie actuellement les propriétés du boson de Higgs, en analysant la manière dont il interagit avec les quarks top. Je participe également à l’exploitation du détecteur ATLAS ; je travaille notamment sur le système de déclenchement, qui nous permet d’enregistrer en temps réel les collisions qui se produisent au LHC.

 Profitant du fait que je suis au CERN, j’ai pu, il y a tout juste deux semaines, me rendre dans la salle de contrôle d’ATLAS et voir fonctionner le détecteur. Qu’un détecteur aussi imposant et complexe soit aussi efficace est quelque chose qui m’étonnera toujours. Dans la salle de contrôle, j’ai eu l’occasion d’apprendre à surveiller le détecteur et m’assurer que tout fonctionne correctement. Je suis vraiment heureuse d’être au CERN et je suis honorée de rejoindre la liste des lauréats d’une bourse aussi prestigieuse.