Dons aux organisations caritatives : la chasse aux clichés est ouverte !

Décider de soutenir une fondation ou une organisation caritative ne va pas forcément de soi. Beaucoup se disent : « Mon don fera-t-il une différence ? », ou « Est-ce que cela en vaut vraiment la peine ? » Voici les clichés les plus répandus sur les dons de bienfaisance, et ce qu'il en est réellement :

Cliché n° 1 : Faire un don à une fondation est inutile, car l'essentiel du don sert à couvrir les frais administratifs.

Dans les faits :  94 % des sommes reçues par la Fondation CERN & Société servent à financer des participations ; 4 % des sommes reçues sont affectées à la levée de fonds et 2 % au budget de fonctionnement. 

Cliché n° 2 : La génération Y ne s'intéresse absolument pas aux œuvres de bienfaisance.

Dans les faits : L'étude « The Next generation of American Giving » révèle quelques faits intéressants sur les dons faits par quatre générations, en l'occurrence la génération silencieuse (personnes nées en 1945 ou avant), les baby-boomers (personnes nées entre 1946 et 1964), la génération X (personnes nées entre 1965 et 1980), et la génération Y (personnes nées entre 1981 et 1996).

S'il est vrai que les baby-boomers demeurent les plus généreux (environ 75 % d'entre eux font des dons à des organisations caritatives), les personnes appartenant à la génération X et la génération Y ne sont pas loin derrière. Selon l'étude, 55 % des personnes de la génération X et 51 % des personnes de la génération Y font des dons à des organisations caritatives. L'étude a par ailleurs permis de confirmer que les plus jeunes générations contribuent d'autres manières, par exemple en faisant de la levée de fonds, du bénévolat ou de la promotion en ligne.

Cliché n° 3 : Contribuer à une organisation caritative ne me rendra pas plus heureux.

Dans les faits: D'après de nombreuses études, donner rend plus heureux que recevoir ! Améliorer la vie d'autrui vous rendra plus heureux que vous ne l'imaginez.

Giving makes you happier!